Détails et perspective

Les "puristes" ne jurent que par les focales courtes et fixes. Un 35 ou un 50 mm vissé au Leica, ou les vieux moyens formats à focale fixe. Très bien quand on s'appelait Doisneau ou Cartier Bresson. 

Mais cela limitait beaucoup le champ d'action des photographes.

J'ai toujours été un adepte du téléobjectif moyen, genre 200 mm, idéal pour isoler un sujet, personnage ou bâtiment dans une composition. Et comme je suis passionné de photo nature et de sport, je suis également passé au 400 mm. Mais je ne compte plus les sorties  et randonnées chargé de kilos d'optique ou je suis rentré sans avoir utilisé mon téléobjectif.

Aujourd'hui, j'ai investi dans un bridge de bonne qualité, doté d'un zoom Leica (tiens donc),

de 600 mm, et je marche beaucoup  plus léger.

Mais il n'y a pas que les marmottes dans la vie. Et comme je suis obsédé ( d'autres auraient dit Fou d'images, mais c'est déjà pris ),  je ne me déplace jamais sans ce petit boitier léger.

La grande focale permet de créer des images originales, soit en isolant un détail de paysage, d'architecture, soit en écrasant les perspectives, ce qui donne parfois des résultats créatifs et surprenants.

Je vous ai fait une petite sélection de photos faites au téléobjectif, de 400 à 600 mm. Des compositions qu'un oeil non aiguisé ne perçoit pas forcément. Ne me remerciez pas  ;-)

Écrire commentaire

Commentaires: 0